Le 27 mai dernier se tenait à EuraTechnologies  une conférence sur « la Donnée »  et  ses potentiels, animée par Patrice Poiraud, Directeur Business Analytics & Optimisation, d’IBM.

IMG_3774

 

En introduction deux éléments qui retiennent l’attention :

  • 1 leader sur 2 dit ne pas avoir les bonnes informations pour décider ;
  • 60% des D.G. ont plus d’informations qu’ils ne peuvent en traiter.

Ce paradoxe met en lumière le challenge que se propose de relever le « Big Data analytics » (les gros mots sont lâchés !) : mettre à disposition de la bonne personne, les bonnes informations, à l’instant T, à une fréquence F, dans un contexte donné,  pour lui permettre de prendre les bonnes décisions. Dans la suite de l’exposé un autre chiffre interpelle : selon une étude réalisée auprès de 4000 entreprises américaines, le « Big Data » a augmenté leur compétitivité de 2.2. Sans avoir l’étude sous les yeux, il est, certes, difficile de prendre la mesure exacte de ce chiffre. Les exemples illustrant le propos tout au long de l’intervention permettent finalement de s’en faire une bonne idée. Voici ceux utilisés lors de la caractérisation des trois grandeurs (les 3V) qui définissent  le « BIg Data » :

  • – le Volume, on parte de base de données en  téra (1012) ou  péta (1015) octets ;
  • – la Variété, les données sont de tous types (texte, image, son, vidéo), structurées ou non ;
  • – la Vitesse, on parle de temps réel, de quelques secondes, voir moins de la seconde.

Constant Contact assure l’envoi de 35 milliards de mail par an pour ces clients dans le cadre de campagnes marketing ; le  traitement des données est  40 fois plus rapide et a permis d’augmenter l’efficacité des campagnes de 15 à 25 % ; Le service des grands prématurés de l’UOIT, par la capture de 1000 mesures / seconde des paramètres physiologiques vitaux d’un prématuré et l’analyse temps réel  de ces données est en mesure d’anticiper l’apparition d’une maladie nosocomiale et de traiter préventivement le nourrisson. TerraEchos  a développé une solution de sécurisation d’un lieu physique capable d’analyser 275 Mbits de signaux acoustiques en 7/10 de seconde A ces trois grandeurs originelles est venue se greffer naturellement un  quatrième V, pour Véracité / Validité  de la donnée. En effet, quid de la valeur (le 5ème V ??) d’une analyse fondée sur des données fausses. La présentation  de cette dimension du « Big Data » permet à notre intervenant d’introduire la notion de système cognitif, en particulier au travers de WATSON, premier système du genre vainqueur au jeu Jeopardy ! en 2011. La première utilisation commerciale de WATSON fut réalisée dans le domaine médical (Wellpoint & Memorial Sloan-Kettering Cancer Center, USA – 2013). Un constat, les médecins n’ont pas le temps matériel de se former, s’informer sur les nouveaux médicaments et / ou protocoles de traitement, protocoles dont la complexité va croissant. Par une analyse intelligente d’une base de connaissances et de savoirs (médicaments, protocoles, rapports d’essais cliniques, publications médicales, …) Watson aide le médecin en lui proposant des traitements dont la pertinence et l’efficacité sont évoluées au regard de son diagnostic et de cette énorme masse d’informations. Cette application me suggère ces deux remarques :

 

  •  – l’évidente importance de la véracité / validité de la donnée, de la source de la donnée, qui, à mon sens, reste (restera ?) une affaire d’experts en chair et en os ;
  • – ne risque-t-on pas de brider l’esprit d’initiative, qui permet en sortant des sentiers battus, d’évoluer, innover ?

 

Pour terminer cette présentation de WATSON, sachez que son déploiement dans d’autres secteurs d’activités est en cours, notamment la finance (Citybank) et les centres d’appels. Patrice Poiraud, nous a convaincu que la donnée est bien un levier de croissance et d’innovation, que la technologie avait des réponses pour en permettre la valorisation sous différentes formes. Si la grande majorité des entreprises citées lors de cet exposé sont américaines, ce n’est pas un hasard : les questions de la protection des données personnelles et de ce qu’est une donnée personnelle ne sont pas tranchées en France et en Europe. A l’heure où les états membres de l’Union Européenne peinent à s’accorder sur une réglementation commune et que Julian Assange nous prévient à la lecture du livre « The New Digital Age: Reshaping the Future of People, Nations and Business » écrit par Eric Scmidt et Jared Cohen  que « L’avancée des technologies de l’information annonce la fin de la vie privée », le débat reste ouvert ! Autres entreprises citées lors de la présentation : Vestas (éolien), Catalina Marketing (Couponing), Sara Lee (boulangerie), Europages (.Annuaires professionnels).



 

 

Un commentaire »

  1. Par Thibaud le 22 juillet 2013 à 8 h 34 min

    Merci Samir pour le retour, super article!

Écrire un commentaire - Connecté(e) en tant que . Déconnexion »